EP

by Pierre.C

/
  • Streaming + Download

    Includes unlimited streaming via the free Bandcamp app, plus high-quality download in MP3, FLAC and more.

      €1 EUR  or more

     

1.
2.
3.
4.
5.
03:52

about

Masterised by Chab (Translab)

credits

released December 12, 2011

Pierre.C (Aut/Comp/Int)
Robin Leduc (Arr/Instr)
Austine (Vocals)
Rose (Vovals)
Cyrus Horde (Piano)
Nicolas Mathuriaux (Drums)

tags

license

all rights reserved

about

Pierre C Paris, France

Pierre.C'est un voyage au cœur de mots ensoleillés, une prose lascive ou excitée secouée par une ironie bienveillante, aux rythmes de mélodies aériennes. Un bouge aux carrefours des avenues Gainsbourg et Brassens, entre le square Nick Drake et la Place Beatles,... Impressionnant non ?
 
... more

contact / help

Contact Pierre C

Streaming and
Download help

Track Name: Mes Nuits Fleury
Les nuits Fleury


Endormi mais bouillant dessous, je vis mes aventures de fous
Souriant d’un rien riant de tout, je suis un roi je suis un loup,
Mais là, s’ouvrent mes yeux endoloris au motel piteux de Fleury.
La journée sera longue.

Je suis un drôle de petit môme, chasseur de papillons polychromes,
Pieds nus je foule des royaumes cachés sous des aubes de brume
Et là, s’ouvrent mes yeux anéantis sur un vieux mur sale et gris :
La journée sera longue.

Je ne veux plus m’éveiller
Je ne peux plus ne plus rêver
Je rêve et vis mais au delà des lits, là-haut !

Enfin nous faisons l’amour sans fard et nus en plein jour
Une onde pure de plaisir hante nos corps et nous entoure, c’est surement ça l’amour…
Mais, J’ouvre des yeux fatigués sur un mur chialant mes regrets, qui semble murmurer :
La journée sera longue.

Me voilà en apesanteur, je suis heureux je n’ai plus peur.
Comme une hirondelle en cavale, je vole au vent chaud estival
Hélas un Flash sur mes yeux égarés, le maton est entré, tout près, déchiré :
La journée sera longue.

Je ne veux plus m’éveiller
Je ne peux plus ne plus rêver
Je rêve et vis mais au delà des lits, là-haut !

Pierre.C /2011
Track Name: Si Belle Interdite
Si belle interdite

Je passerai souvent
Sur votre jardin
Vous ma belle enfant
Moi le géant paladin

Et secrètement
Je guetterai de haut
Vos palpitements
D’ailes et de peau

Aux jours de printemps
Je vous offrirai
Des cieux bleus et blancs
Et déposerai
D'un geste précieux
À vos pieds charmants
Des rosiers gracieux
De rouge et de sang

Vous ma belle enfant
Peureuse et charmée
Et moi le géant
Heureux égaré

D'un signe de gant
Vous me saluerez
Aux rythmes des vents
Je m'éloignerai
Ma belle enfant
De jours délicieux
A pas de géant
Tristes et silencieux

Je passais souvent
Sur votre jardin
Ma belle enfant
Moi le géant paladin

Secrètement
Tout là haut
Ses palpitements
D’ailes et de peau


Pierre.C/2011
Track Name: L'Ivresse Nue (La Libido de Lila)
L’Ivresse nue (La Libido de Lila)

Je t’en prie ma jolie fait de moi l’esclave
De ta chair affranchie d’une pudeur grave,
Je veux être prêt si tu lâches prise, (ton âme, ta raison)
Je t’adule alanguie, indolente, insoumise.
Quand le vertige déchaine nos étreintes sauvages
Et que tu m’enchaines à tes brulants outrages,
Lorsque tout te captive et l’enfer, et les nues
Je t’aime réceptive à mes faveurs crues.

Laisse moi t’aduler ma Lila
Laisse en toi tout aller ma Lila
Lalalalalalalalalalalalalalalalalalalalalalala...

Un flux de lave brule ta peau parfumée,
Mon Aphrodite folle à l’ivresse assumée
Qui me déshonores de ses lèvres charnues,
Impudique tu m’implores lascive et nue
Goutant toutes les pommes de sa perversion
Elle s’abandonne sans appréhensions,
Légère elle s’adonne, indécente passion,
Aux vices et s’étonne de tant d’émotions.

Et quand enfin s’apaise ma belle ingénue :
Assouvie elle repose et de ma mine émue
J’inhale les humeurs de nos corps éperdus
Qui frémissent encore de nos mœurs dissolues, un délice absolu …
Puis je songe à ces bêtes qu’elle a consommées,
Celles qu’elle convoite et ceux qui vont l’aimer,
Peu m’importe si c’est moi le mal qui te grise,
Te savoir en émoi quelle promesse exquise …


Pierre C /2010
Track Name: Aux Bonheurs des Temps Perdus
Aux bonheurs des Temps Perdus
(Rémémilannicoliscence)


Allongé dans la mousse sous un chêne complice
Le soleil éclabousse les feuilles qui frémissent

Le souffle d’une dame au passage exhalé
Me replonge en Marianne maîtresse du passé

Ah l’enivrante fièvre grave mais voluptueuse
Quand palpitent tes lèvres sur ma bouche amoureuse

Échos affectifs de clichés intensifs
J’inhale contemplatif mes souvenirs lascifs

La pluie aromatique de l’orage éloigné
Réveille mes tropiques au bitume embrumé

Ou mes yeux qui s’agrippent à la danse ensablée
Des flammes qui crépitent en me brûlant les pieds

Quand rugissent les vagues de Neptune frimeur
S’écrasant sur le sable en crachant ses humeurs

Échos affectifs de clichés intensifs
J’inhale contemplatif mes souvenirs lascifs

Tiède est le vent léger de coco embaumé
Sur les chemin dorés du jaune ajonc de mai

Là ça claque sur le mat des navires à quai
que les mouettes en riant maculent de paquets

Mes mômes c’est mon âme parfumée de jasmin
Je renais en humant leurs cheveux de blé fin

Échos affectifs de clichés intensifs
J’inhale contemplatif mes souvenirs lascifs
Track Name: Candélabres
Candélabres

Je suis seule Cigale et l’aube m’honore
De sa lumière pâle qui annonce l’aurore
Je les aime et les crains ces matins qui renaissent
Où les oiseaux peureux forcent un peu l’allégresse,

Quand éreintés nos corps se libèrent de la nuit :
Elle palpite encore de fous rires et de bruits ;
Je frissonne d’ennui, l’ivresse s’évapore,
C’est la fin d’une vie que le jour dévore.

Moi je veux de la vie, aux rires naturels, le délice sans frousse du soleil immortel,
Les sourires joyeux des enfants qui fredonnent les mélodies magiques des voleurs de pommes,
Quand rayonnent gentilles les figures heureuses qui goûtent et se frottent sans haines peureuses

Je suis seule Cigale et l’aube m’honore
De sa lumière pâle qui annonce l’aurore
Je les aime et les crains ces matins qui renaissent
Quand les oiseaux peureux forcent un peu l’allégresse,

Je veux retenir les murmures de flanelle, des baisers généreux du plaisir charnel,
Ces secrets amoureux qui affolent et soulagent, juvéniles, embrasés, sous une pluie d’orage,
Nos corps pétrifiés par le souffle des anges aux peaux frémissantes d’une douceur étrange

Quand éreintés nos corps se libèrent de la nuit :
Elle palpite encore de fous rires et de bruits ;
Je frissonne d’ennui, l’ivresse s’évapore,
C’est la fin d’une vie que le jour dévore.

Mes matins ténébreux, glacés dans l’émoi, je ne les aime qu’un peu et les garde pour moi, mais
Ces jalons fabuleux seront l’unique loi du royaume merveilleux dont nous serons les rois

Je les aime et les craint ces matins qui renaissent … …

Pierre.C/2011